Et si l’évaluation automatisée des compétences réconciliait enfin directions techniques et directions RH